La Cascade

Découverte de l’Arménie

Arménie Asie Destinations Erevan Europe

Hey, je suis rentrée de mon superbe voyage découverte de l’Arménie et de la Géorgie en petit groupe avec Allibert Trekking.
Je ne suis pas une adepte des voyages en groupe, mais pour mon second voyage Allibert, je reste satisfaite.

C’est cher, mais tout est compris et il n’y a qu’à se laisser porter.

Ce système est très confortable et j’ai opté pour cette solution, car je n’avais pas le temps de préparer mes vacances comme j’en ai l’habitude. Le compromis était donc parfait !

Trèves de blabla, direction la découverte de l’Arménie.

Erevan, la capitale

Eglise Katoghitké
Eglise Katoghiké

Premier jour et première découverte, on commence, souvent, par la capitale.

Erevan, c’est une ville très ancienne. Elle a été fondée en 782 av J-C. Il y a, aujourd’hui, plus d’un million d’habitant et la ville est très animée.

L’ancien se mêle au moderne et cela donne une atmosphère toute particulière à cette jolie capitale. Il y a plein de boutiques, plein de cafés et de restaurants où les gens flânent en terrasse. Lorsque j’y étais, il faisait très chaud, mais les nombreux parcs apportent de la fraîcheur.

Nous avons débuté notre visite de Erevan par l’église Katoghiké (en français : Sainte-Mère-de-Dieu). Il s’agit d’une petite église qui date du XIII e siècle. Nous avons parcouru la ville et découvert qu’elle recelait de centaines statues. Incroyable tout de même ! Cela nous a mené jusqu’au monument « la Cascade ».

La Cascade

La Cascade
La Cascade

Ce monument est composé de jardins en terrasse à l’extérieur, de fontaines et d’un large escalier. Large de 50 mètres et haut de 118 mètres, on compte 572 marches. A l’intérieur, une série d’escalators permet de rejoindre l’esplanade. Lorsqu’on les emprunte, on découvre une galerie d’art : le centre d’Arts Cafesjian. L’art est partout dans cette ville !

Imaginée par Alexandre Tamanian et dessinée par l’architecte Jim Torosian, cette cascade a débuté en 1970. A l’origine, ce devait être un monument à la soviétique permettant de relier le centre ville à l’esplanade où se dresse le monument célébrant le 50 ème anniversaire de l’Arménie soviétique.

En 1988 un séisme ralentit les travaux qui s’arrêtent carrément après la chute de l’URSS en 1991.

D’en haut, on voit la ville, évidemment, mais également le mont Ararat.

Les travaux sont ralentis après le séisme du 7 décembre 1988, puis arrêtés après la chute de l’URSS en 1991. Le monument fait alors 78 mètres de haut et n’est pas directement relié à l’esplanade à 118 mètres1.

Visite de la ville

Nous tournerons dans la ville, place Aznavour, Freedom square (il y a un magnifique kilim en mosaïque, je suis fan), opéra, puis nous irons visiter le musée d’histoire. Appelé Musée-bibliothèque d’ethnographie et d’anthropologie, on y apprend l’histoire et la culture du pays de la préhistoire à nos jours. J’ai beaucoup aimé cette visite guidée, c’était vraiment intéressant de comprendre les fondations de ce pays et d’en savoir plus sur les us et coutumes de ses habitants.

Enfin, nous irons voir l’atelier d’un sculpteur de khachkars. Un khatchkar veut dire « croix en pierre » (khatch = croix, kar = pierre). Il s’agit donc d’une pierre de commémoration gravée. C’est une spécificité de l’art arménien, nous en trouverons beaucoup durant notre séjour en Arménie.

Nous déjeunerons dans un restaurant typique arménien. Premier contact avec la nourriture locale, un constat : c’est divin et l’approvisionnement de la table semble sans fin. Une constante durant le séjour, nous verrons que ce que nous pensons le repas complet déjà mis sur la table, ne correspond qu’aux entrées et qu’autant d’autres plats viendront par la suite… c’est gargantuesque !

Point histoire et conflit

On en parlera avec notre guide, mais ici il y a deux conflits principaux : la Turquie et l’Azerbaïdjan.

1915 : génocide arménien par les tucs, environ 1.2 million de morts. La Turquie n’a pas reconnu ce génocide. On comprend pourquoi les arméniens n’aiment pas les turcs.

Avec l’Azerbaïdjan, il est question d’une région, le Haut Karabagh qui est disputée. Après la dissolution de l’URSS, cette région peuplée à 80% d’arméniens, a été rattachée à l’Azerbaïdjan. L’Arménie veut aujourd’hui « récupérer » cette région, de fait, c’est assez conflictuel.

Bref, la visite de Erevan a été rapide et je n’ai pas pu prendre le pouls de la vie ici, mais cela m’a plu. Un bon signe, car la suite du voyage sera top également.
Alors, laissez tomber les Kardashian (originaires d’Arménie), je ne suis pas venue à la découverte de l’Arménie pour cela, je suis venue faire de la randonnées et découvrir le pays.

Restez branchés, je vais vous raconter mon séjour en détails d’ici les prochains jours 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.