Monastere-Tatev

Arménie et UNESCO

Activités Arménie Asie City-trip Destinations Lac Sevan Noratouz Randonnée Tatev

Continuons la découverte de l’Arménie avec un site classé à l’UNESCO.

Direction Tatev et le pont du diable…

Cette Rando est très courte, 9 km environ, il n’y a pas beaucoup de dénivelée positive, un peu plus en négative mais rien de bien méchant.

Wings of Tatev

D’abord, nous allons emprunter le téléphérique entre le village de Halidzor, situé à 1546 mètres d’altitude et le monastère de Tatev qui est lui situé à 1537 mètres d’altitude. Il se trouve de l’autre côté d’une grande colline et du canyon du Vorotan.

Le téléphérique survole ce canyon d’une largeur de 2,7 km et profond d’environ 500 mètres.

Le parcours dure 12 minutes et le billet coûte 5500 drams, soit 10,50 €.

D’après ce que j’ai lu, les habitants des villages pourraient l’emprunter une fois par jour à titre gratuit…

Ce qui est particulier c’est qu’il y quasi pas de pylône sur cette installation. La longueur du téléphérique pour une section est de 5752 mètres. C’est bien supérieur aux 4467 m du téléphérique de Albuquerque au Nouveau-Mexique. C’est ce qui fait de Tatev, le plus téléphérique à va-et-vient du monde !

Monastère de Tatev UNESCO

Une fois arrivée, nous visitons le monastère de Tatev. C’était un très grand centre intellectuel de l’Arménie entre 1390 et 1453. On y trouvait une université reconnue comme celles de Sanahin et de Haghpat.

Comme beaucoup de monastères arméniens du Moyen Âge, Tatev s’est doté d’une muraille pour lutter contre les invasions de l’époque.

On note que l’édifice a été endommagé par le tremblement de terre de 1931 et que la restauration s’est un peu éternisée…jusqu’en 2010. Mais bon, c’est devenu patrimoine de l’Arménie via l’UNESCO.

Ce monastère est le plus important de la province de Syunik et les paysages qui l’entourent sont absolument superbes !

Dans ce complexe, on trouve : La Chapelle Notre-Dame avec son toit parapluie du XI siècle. L’église Saint Grégoire qui date de 1295. Devant, se trouve le tombeau de Grégoire de Tatev, grand philosophe, théologien et miniaturiste.

Le « gavazan » appelé aussi « colonne oscillante » qui est la seule restée après le séisme de 1931. Autrefois, cette colonne de 8 m de hauteur et coiffée d’un khatchkar, oscillait avant les tremblements de terre. Maintenant, elle n’oscille plus car elle a été fixée. Le pressoir à huile qui date de la fin du XVIII è siècle est bien conservé. On y pressait l’huile de sésame ou de lin ou de chanvre. Il comporte 4 salles dont une aire à moudre coiffée d’une coupole.

Entre 1385 et 1435, à l’université du monastère de Tatev, on enseignait les matières religieuses et laïques, l’astronomie, l’architecture, les maths, l’enluminure. Pendant cette période, il y avait 360 diplômés qui partaient enseigner dans toute l’Arménie. Un millier de personnes vivait ici (moines, étudiants, professeurs). Le monastère était plus important, il y avait un deuxième étage.

Randonnée

Nous partons du monastère pour découvrir les gorges de Vorotan et l’ermitage de Tatev. Nous y rencontrerons l’ermite qui y vit et nous pourrons visiter un peu les lieux.

Difficile de croire que quelqu’un vit ici, c’est très austère, mais bon la vie reculée peu être appréciable 🙂

En fin de randonnée, la pluie nous arrose de quelques gouttes. Le temps de sortir la cape de pluie et c’est fini, comme toujours ou presque durant ce séjour !

Pont du diable

A la fin de la descente, nous arrivons au pont du Diable. Et là, franchement je ne savais pas à quoi m’attendre mais je suis hyper déçue.

Il s’agit certes d’un lent travail d’accumulation du calcaire pour façonner ce pont…mais on le voit peu et c’est un peu un attrape nigaud touristique…

Ce sera l’occasion de faire notre pique-nique. Il y a des bassins où les gens se baignent dans ces eaux calcaires…

Caravansérail

Après quoi, nous avons repris notre petit van pour passer le col de selim et voir le caravansérail datant du XIV siècle.

Je n’en avais jamais vu et j’ai trouvé cela fabuleux. Cela m’a encore plus donné envie d’aller en Ouzbékistan par exemple pour voir ces lieux de passages des marchands d’autrefois.

C’est le caravansérail le mieux conservé de toute l’Arménie, je me sens chanceuse d’avoir pu le visiter. A l’intérieur il y a deux inscriptions, une en arménien, l’autre en persan. J’adore !

Le soir nous dormons à Nerkin Guetashen où nous dégusterons un lavaret du lac Sevan. Eh oui, nous sommes à côté de ce magnifique lac.

Volcan Armaghan

Le lendemain, nous partons pour une belle rando d’une vingtaine de kilomètres sur le volcan Armaghan.

Nous croiserons un troupeau de mouton, dont le chien de garde laissera sa garde pour nous suivre en randonnée jusqu’au sommet du volcan, LOL.

Si notre groupe marche bien, moi, les montées me sont lentes, je profite du paysage tout en marchant à mon rythme et ne subit pas le vent et le froid du sommet de plein fouet. J’ai toujours beaucoup trop chaud en randonnée…

Bref, la randonnée est belle, le paysage est magnifique et les panoramas sur le lac Sevan sont grandioses.

Noratouz

Noratouz

Après cette ascension, nous redescendons récupérer le van pour aller découvrir le cimetière de Noratouz. Il s’y trouve la plus grande concentration de Khatchkars d’Arménie datant des IX et XV siècles.

Arpinee, notre super et superbe guide, nous explique les significations des croix et aussi des sculptures sur les tombes. Celles-ci représentent l’histoire de la personne, son métier et sa vie en général.

Lac Sevan

Avant d’aller à l’hôtel, nous nous arrêtons au bord du lac Sevan pour visiter la petite église du IX siècle et profiter de la vue sur le lac. C’est superbe. Il y a pas mal de monde, cela se comprend, l’endroit est vraiment mignon.

Le soir c’est le top, nous sommes dans un super hôtel et nous profitons de la piscine et du jacuzzi alors que l’orage et la tempête vont s’annoncer pour la nuit.

Volcan Artanish

C’est déjà le dernier jour en Arménie…

Nous allons à Artanish pour faire l’ascension du volcan du même nom.

La randonnée est jolie, il y a plein de fleurs et notre guide local, nous cueille un bouquet, différent, pour chacune des femmes du groupe, c’est mignon !

Bon, sachez qu’il n’y a pas de chemin de randonnée pour ce jour. Nous coupons à travers la nature pour grimper, mais c’est d’autant plus joli. J’avoue c’est un peu raide, mais cela se fait !

Et en haut, magnifique, la vue à 360 degrés vaut vraiment le détour 🙂

Pas de chance pour nous, de la grêle et de la pluie nous tiendrons le temps de la redescende. C’est donc avec empressement que nous regagnons notre van pour aller à la prochaine étape.

Dilijan

Dilijan

Arrivés à Dilijan, nous découvrons le quartier historique avec ses maisons traditionnelles. Quelques explications et un peu de shopping et le tour est joué. On appelle cette ville, la petite suisse arménienne.

La ville est réputée pour la conservation de ses habitats traditionnels et son eau minérale.

Haghpat

Haghpat Arménie et UNESCO

Pas loin de Dilijan, se trouve la ville et le monastère éponyme de Haghpat. Il date du X siècle et se trouve dans un paysage fantastique. C’est un complexe monastique conséquent et assez riche. Il témoigne de l’organisation et de la vie quotidienne d’un grand monastère médiéval.

On y trouve des églises, des chapelles, un réfectoire et une bibliothèque aux superbes salles voûtées

(et une géocache ! )

Le monument est lui aussi classé au patrimoine mondial de l’UNESCO (Arménie et UNESCO).

Nous terminerons notre voyage dans cette ville, dans un superbe hôtel, où nous aurons droit à des chansons et où nous danserons avec notamment des personnes de confession juive fêtant shabbat ce soir là, bonne ambiance garantie.

Le lendemain, nous quitterons l’Arménie pour découvrir la Géorgie.

Suivez-moi pour cette nouvelle découverte d’un nouveau pays 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.