Livres : poésies algériennes, allemandes et chinoises chez Mango Editions

Afrique Algérie Allemagne Asie Chine Culture Découvertes Destinations Europe

Bonjour à tous, je reviens avec de la lecture  🙂

J’ai dévalisé la médiathèque de tous les livres qu’ils avaient des éditions Mango. Oui, petite lubie du moment. J’avais offert deux ouvrages de cuisine du monde de ces éditions à ma mère pour Noël et j’aime tellement ce qu’ils proposent que je me suis dit que j’allais voir ce qu’il y avait à la médiathèque.

Aussi, j’ai tout pris, en adulte et jeunesse, la médiathèque n’est pas grande, cela n’a pas dépassé les 20 ouvrages et depuis, je me régale.

J’ai débuté mes lectures par trois ouvrages de poésies, des poésies que je ne connaissais pas du tout. Elles m’ont permis de passer d’agréables moments sous les arbres à profiter du soleil propice à la réflexion.
La poésie, c’est le meilleur compagnon de balade. On peut les lire et relire sans jamais les appréhender de la même manière. Je préfère avoir avec moi un recueil de poésies, plutôt qu’un roman lors de mes treks, mais depuis que j’ai ma liseuse, ce souci de poids et d’encombrement est réglé.

La poésie algérienne
de Collectif (Auteur), Rachid Koraïchi  (Illustrations)

La poésie allemande
de Collectif (Auteur), Eric Veillé (Illustrations)

La poésie chinoise
de Collectif (Auteur), Angel Pino (Sous la direction de), Sren-Lean Tang  (Illustrations)
♥♥♥

J’ai trouvé les poésies chinoises très imagées et toujours en lien avec la nature.

« Retour au pays : improvisation

Tout jeune on quitte son pays, vieillard on y revient ;
On a gardé l’accent du cru, mais la tempe a blanci.
Les enfants lorgnent le passant, nul ne le reconnaît ;
On l’interroge en riant : « D’où venez-vous, Monsieur ? »

He Zhizhang »

Dans la poésie algérienne, c’est surtout le désir de liberté qui transparaît. On parle amour, exil, déception, politique et bureaucratie, mais le tout de façon libre et audacieuse.

« Papillon

Quand j’étais enfant,
Fasciné par les couleurs,
J’ai couru derrière un papillon,
Partout, jusqu’à oublier, derrière moi, mon village.
De village en village,
J’ai traversé tous les âges,
Sur le fil d’un rêve.
J’ai demandé après mon papillon,
La source m’a dit, et les fleurs de grenade aussi,
« Il est passé par là… »
Et m’invitent à suivre les mûriers,
Sur la branche la plus haute,
Je l’ai vu suspendu sur un fil en train d’agoniser
Aujourd’hui, je m’agrippe toujours à l’arbre,
Et la vie passe.

Hamri Bahri »

En ce qui concerne la poésie allemande, outre le chant de la Loreley, je dois avouer que je ne connaissais pas grand chose. Bien sûr, ces poèmes sont forts. Forts avec toute la force des mots allemands.

« Chant nocturne du voyageur (un pareil)

Sur tous les sommets
Règne la paix
Dans toutes les cimes
Tu sens
A peine un souffle,
Les oiseaux se sont tus dans la forêt.
Attends un peu ! Bientôt
Toi aussi tu trouveras la paix. »

Ce qui est top dans ces recueils, c’est d’avoir sur une double page, la version française d’un côté et la version originale de l’autre. De plus, les illustrations sont superbes et nous font voyager à elles seules.

 

 

Bonne lecture à vous !

Légende des appréciations :
♥ Bof
♥♥ Ok
♥♥♥ Super

Les liens ne sont pas des liens affiliés, ils sont juste là pour vous permettre de découvrir les livres, de la même manière que je les ai découverts, mais ils ne sont pas sponsorisés et ils ne sont que des exemples.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *