Soudain, seuls ; le train de 16h50 ; Adoptez la slow cosmétique ; Conquérant de l’impossible

Coucou, je prends enfin le temps de faire un point sur mes lectures durant ce tour du monde à vélo 2018. Même si les lectures principales restent, les cartes routières et les informations touristiques des lieux que je traverse.

Je prends tout de même un peu de temps pour lire sur ma liseuse, surtout ces derniers jours, où je suis malade. Donc quand les pics de fièvre se dissipent, je me repose avec un bon bouquin…enfin, voici mes quatre dernières lectures.

Si vous avez des suggestions de lecture, n’hésitez pas ! Je ne suis pas très « à la mode » dans mes lectures, je prends, la plupart du temps, ce qui me tombe sous le nez. Cependant, j’ai deux ami(e)s qui sont de bons conseillers et les ouvrages qu’ils m’ont offerts m’attendent à la maison. Je dois vous dire que j’ai souvent le regret de ne pas pouvoir lire ces cadeaux, car je pense bien à ces deux ami(e)s…

Soudain, seuls – Isabelle Autissier ♥♥ 

L’histoire : un couple de trentenaires partis faire le tour du monde. Avec leur bateau, il s’arrête sur une île déserte en plein Atlantique Sud, très au large de la Terre de Feu.

Dans une nature rêvée, sauvage, tout va basculer dans un vrai cauchemar.

Face à l’isolement, les questions fusent : Comment lutter contre la faim et l’épuisement ? Et si on survit, comment revenir chez les hommes ?

Je ne sais pas si c’était vraiment une bonne idée de le lire alors que je partais en tour du monde avec mon ami, mais, j’aime beaucoup Isabelle Autissier et le récit, simple, nous transporte dans des conditions extrêmes. On se demande si la vie de Robinson était si bien que cela…

J’ai aimé l’histoire en elle-même, le sujet abordé. D’abord, cela me fait rêver, le tour du monde en bateau, mon futur projet, et puis leur histoire..brrr, ça fait froid dans le dos. Difficile de vous en parler sans vous dévoiler le contenu du livre, pourtant, si j’ai été bouleversée par cette histoire, je trouve la fin, un peu trop rapidement conclue.

J’ai l’impression que le livre a été baclé. Comme si, hop le nombre de page est atteint, allez hop, on conclu là et basta ciao. C’est pourquoi, bien que j’aime beaucoup ce genre d’ouvrage, je ne lui accorde que deux petits coeurs.

Le train de 16h50, Agatha Christie ♥♥

Oh les Agatha Christie, je les ai tous lus. Mon père avait toute la collection et c’était top de pouvoir se plonger dans ces polars bien ficelés.

Ici, on retrouve Miss Marple et tout commence à la gare de Paddington où Mrs McGillicuddy, une amie de Miss Marple, est sur le point de prendre le train de 16 h 50 à destination de Brackhampton.

Durant le voyage, un autre train allant dans la même direction que le sien, lui propose une scène d’horreur. En effet, à travers la vitre de son compartiment, elle observe les usagers de cet autre train et elle voit un homme, de dos, étrangler une femme dont les yeux sortent de leurs orbites.

Elle fait alors appel à sa vieille amie Miss Marple et lui expose les faits. L’enquête peut débuter.

Je me suis laisser emporter par le roman et le style charmant d’Agatha Christie. Un délice, comme toujours et une enquête rondement menée par la vieillissante Miss Marple. Mon préféré reste Hercule Poirot, mais dans un style tout aussi calme Miss Marple tire bien les épingles du jeu des meurtriers.

Adoptez la slow-cosmétique, Julien Kaibeck ♥♥♥

Crèmes de jour, de nuit, soins antirides et autres crèmes miracle,

En avons-nous vraiment besoin ?

Cela coûte cher, à nous mais à notre planète également.

Ne faudrait-il pas les consommer de façon un peu plus réfléchit ?

C’est ce que Julien Kaibeck nous explique et j’ai dévoré le livre, d’une traite. Je l’ai lu et relu plusieurs fois de suite, afin de bien comprendre et de bien retenir les produits nocifs.

Résultats, j’ai fini et donné tous mes produits de beauté, je n’ai plus rien sauf ceux que je fabrique moi même avec les huiles essentielles. Ma peau va très bien et mon porte-monnaie ne se vide plus dans ces achats là.

La Slow Cosmétique Le principe : on revient à l’essentiel, on choisit mieux ses produits ou on les fait soi-même ! Une bible qui m’a mis le pied à l’étrier question zéro déchet !

Conquérant de l’impossible, Mike Horn ♥♥ 

L’histoire : 20 000 km autour du cercle polaire arctique, par Mike Horn.

Mike Horn, c’est l’aventurier des temps modernes qu’on voit partout à la TV en ce moment.

Au début, je le trouvais grandiose, l’explorateur aventurier qui n’a peur de rien. Et puis, j’ai lu ce livre…et je l’ai trouvé prétencieux et du genre, j’ai tout vu, j’ai tout fait, je sais tout mieux que tout le monde, je suis le meilleur.

Il raconte son aventure et tous les dangers qu’il a traversé. Toutes ces situations qu’il a du braver, grâce à son équipe derrière lui et les milliers d’euros de ses sponsors…du coup, j’ai beaucoup moins apprécié la performance et je n’ai plus les yeux qui brillent devant ce James Bond de la technologie de pointe.

J’aime les aventures plus rutisques ou le monde reste à porter de n’importe qui et surtout de tout le monde, sans avoir besoin de rien d’autre que d’être un humain.

A aventure extrême, équipement extrême, certes mais je suis partagée en ce qui concerne les avancées que ce genre d’explorations permettent de faire. C’est top, mais ce n’est pas ce qui me plaît. J’ai peut-être tort parce que c’est certainement, parce qu’on fait des explorations dans des conditions extrêmes que l’on peut avoir accès à des produits pour se protéger plus facilement du froid, par exemple. C’est peut-être mon côté ours dans sa tanière qui voit l’avancée technologique avec un oeil méfiant, sans pour autant dire toujours que c’était mieux avant…

 

Des lectures qui m’ont questionnées, qui ne m’ont pas emballées à 100%. Elles ont eu le mérite de me distraire et de me donner envie de continuer mes aventures à vélo et ma quête du zéro déchet.

Bonne lecture à vous et j’attends vos recommandations.

Laisser un commentaire