Bouddha et Bredin

Hello la famille, les amis,

Petite balade dans l’Allier sur une journée, en famille, nous sommes partis à la découverte de Noyant d’Allier pour voir le temple Bouddhiste et la communauté asiatique qui y vit.

En effet, après les accords de Genève en 1954 qui ont mis fin à la guerre d’Indochine, Noyant a mis en place un centre d’accueil des Français d’Indochine. Ces rapatriés, au nombre de 1500 ont été logés dans les anciens corons des mineurs. C’est ainsi que s’est constituée la communauté asiatique de la ville.

 

Nous avons également déjeuné dans un restaurant typiquement asiatique, une découverte pour certains membres de notre famille qui ont trouvé tout cela délicieux.

Repus, nous avons repris notre route et nous sommes allés voir Souvigny, ancienne capitale du Bourbonnais naissant et berceau de la famille des Bourbons.

Souvigny, c’est un lieu impressionnant avec de magnifiques jardins et une architecture imposante. Cet ensemble prieural est exceptionnel. Il est composé de l’église Saint Pierre Saint Paul et des jardins du prieuré. Il y a également un musée dans cette enceinte. On dit souvent de Souvigny qu’elle est la fille de Cluny car c’est un grand site clunisien. On y trouve de nombreuses sépultures conservant les corps de la famille royale des Bourbons.

De plus, les saints Mayeul et Odilon, 4ème et 5ème abbés de Cluny, sont enterrés ici même.

Un peu d’histoire ? Voici ce que nous avons appris lors de notre visite. Nous avons appris que Hugues Capet est venu à Souvigny en 996 pour se recueillir sur la tombe de son ami Mayeul mais aussi pour trouver la guérison de sa variole. En remerciement, il a donné à la ville le droit de battre sa propre monnaie (à l’époque, on le rappelle, seuls les rois de France avaient ce droit).
La ville devient ensuite l’une des premières villes franches du pays, c’est-à-dire que les habitants ne seront plus « taillables et corvéables » à merci et ça c’est plutôt cool. Vu que la ville est libre, elle s’agrandit et il faut la gérer et la défendre. C’est là que les sires de Bourbon arrivent.
C’est l’expansion et l’influence sur le Bourbonnais. L’église devient un centre de pélerinage renommé et la capitale spirituelle des Bourbons.

On apprend que c’est le plus vaste édifice religieux du Bourbonnais (construit entre le Xème et le XVème siècle). On vous l’a dit, c’est ici que se trouve la nécropole des ducs de Bourbon et en effet, dans l’église Saint-Pierre Saint-Paul il y a de nombreuses sépultures. On y retrouve : les Ducs Louis II, Jean 1er, François de Bourbon-Montpensier, Charles 1er, Jean II, Pierre II, son épouse Anne de France, leur fille Suzanne, Louise de Bourbon fille légitimée de Louis XIV et de Madame de Montespan, et plus récemment (1934), Sixte de Bourbon, duc de Parme.

Nous n’en avions jamais vu autant.

Pour terminer notre balade, nous sommes allés à St Menoux dont le gentilé est les Ménulphiens. On nous avait parlé de son fameux débredinoire. La bredinerie est l’équivalent de la crétinerie par ici. Dans l’église Saint Menoux de Saint Menoux, (c’est marrant à dire, non ?) en plein coeur du Bourbonnais et qui est une église romane du pays de Souvigny. A l’intérieur, on retrouve le sarcophage contenant les reliques du saint, pourvu d’un trou où l’on passe la tête pour ne plus être bredin ou berdin, comme on l’entend prononcer.

Avant notre grande balade, il nous fallait passer la tête dans ce débredinoire pour nous assurer de ne plus ou pas être bredin pour affronter nos nouvelles aventures.

Voilà notre belle balade au soleil dans l’Allier s’achève pour cette journée, vous connaissiez le débredinoire vous ?

Leave a Reply